Lu # 18 : Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates de Mary Ann Shaffer & Annie Barrows (2008)


1946, alors que les Britanniques soignent les blessures de guerre, Juilet Ashton , écrivain en manque d’inspiration , entreprend une correspondance avec les membres attachants D’un cercle littéraires de Guernesey. De confidences en confidences, la page d’un nouveau roman vient de s’ouvrir pour la jeune femme, peut-être aussi celle d’une nouvelle vie…

J’ai acheté ce livre à cause de son titre qui m’a naturellement intrigué. Ces Anglais ont un don inné pour trouver les titres les plus incongrus et les plus long au monde. Mais aussi, parce qu’il traite d’un sujet peu exploité dans les livres : l’après-guerre. Mais il se peut aussi que mes connaissances des livres sur ce sujets soit très limités (je miserai plus sur ça). Donc quand une proposition de lecture commune s’est présentée, je me suis jetée dessus afin de combler mes lacunes.

Au travers de correspondances, on découvre la vie de certains habitants de l’île Anglo-Normandes Guernesey pendant et après l’occupation Allemande. Mais aussi l’amitié naissante entre Juillet et ces habitants.

« …quand ils sont arrivés chez moi pour choisir un livre, ceux qui n’avaient guère lu que la Bible, des catalogues de semences et la Gazette de l’éleveur de cochons se sont retrouvés face à un tout autre genre d’ouvrages… Puis chacun à regagne son domicile et s’est mis à lire. Nous avons commencé à nous réunir à cause du commandant, c’est vrai, mais nous avons continué pour le plaisir… A force de lire, de parler de livres et de nous disputer à cause d’eux, nous en sommes venus à nous lier étroitement les uns aux autres. D’autres insulaires ont voulu se joindre à nous et nos soirées se sont transformées en moments chaleureux et animés.  A tel point que, de temps en temps nous arrivions presque à oublier la noirceur du dehors. »

J'ai pris plaisir à dévorer ce roman épistolaire. Au fils des confidences et autres commérages, je me suis prise d’affection pour les membres de ce cercle d’amateurs littéraires improvisé. Les auteurs ont réussi à créer des personnages aux personnalités variées, assez réalistes pour avoir eu l’impression que ces correspondances étaient entretenues par de véritables personnes. J’ai adoré Isola !

L’ambiance, de l’occupation et de l’après guerre, y est très bien retranscrite (enfin comme je me l’imagine et d’après les souvenirs de mes précédentes lectures). Mais aussi les moments de tristesses comme la guerre, la trahison, les déportations, la Shoah, comment les moments d’espoir, la solidarité, la reconstruction physique et psychologique, l’amitié et l’amour. Elles abordent cette période de notre histoire à travers les habitants de Guernesey avec simplicité, objectivité et réalisme.

Les lettres sont assez courtes pour rendre la lecture agréable, elles s’entremêlent à la perfection. Le style des auteurs est frais, fluide et remplit d’humour.

Il a manqué peu de chose, pour que Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ne  soit un coup de cœur. Car oui il y a un ou deux points négatifs. Malgré un beau travail d’écriture, je n’ai pas vu beaucoup de différences entre les lettres. Adolescente, j’écrivais souvent des lettres à mes amies et il y avait une grande différence entre le style d’Émilie et celui d’Aurélie. Là je ne l’ai pas trouvé.
Je sais que l’on est en 1946 sur une île Anglaise et je veux bien que le langage soit soutenu mais attendez, ces habitants sont pour certains des paysans, de classes ouvrières ou encore de petites bourgeoisies. Alors sans pour autant tomber dans le patois paysan ou dans la dérision, où est passée la diversité linguistique ! Puis, attention petit spoiler bien que prévisible, mais s’est quoi cette histoire d’amour bon enfant, j’ai trouvé qu’elle manquait de saveurs et de passions.

Passé ces quelques défauts, Le cercle littéraires des amateurs d’épluchures de patates écrit à quatre mains est une bonne surprise qui mérite d’être lu.

« Je me demande comment cet ouvrage est arrivé à Guernesey. Peut-être les livres possèdent – ils un instinct de préservation secret qui les guident jusqu’à le lecteur idéal.»

Commentaires

  1. perso pour l'avoir découvert en audible, le manque de différence entre les lettres ne m'a jamais frappée ;)

    RépondreSupprimer
  2. Je l'avais adoré. Mon souvenir est toutefois lointain... J'ai très envie de le relire.
    Tu devrais aimé Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles.
    http://un-souffle-sous-la-plume.over-blog.com/article-petites-recettes-de-bonheur-pour-les-temps-difficiles-124184480.html

    A bientôt,

    Virginie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais aller faire un tour sur ton blog pour voir je connais pas ce roman.

      Supprimer
  3. Celui-ci est dans ma wish-list, je pense qu'il pourra me plaire (^-^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Va y les yeux fermé. Si tu aime les roman épistolaire, la période de l"occupation et l'après guerre ca va te plaire. Il se lis rapidement.

      Supprimer
  4. Malgré les petits points négatifs, c'est un livre que j'ai vraiment envie de découvrir. En plus, ça fait longtemps qu je n'ai pas lu d'épistolaire. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malgré ces points négatifs j'ai vraiment beaucoup aimé ce livre, vas-y et tu me diras ce que tu en pense.

      Supprimer
  5. C'est un livre que j'aimerais beaucoup découvrir, il m'intéresse depuis quelques temps. ^^ Tu me donnes encore plus envie de le lire !

    RépondreSupprimer
  6. Ce fut un bon moment de lecture pour moi aussi. Ravie qu'il t'ait plu !

    RépondreSupprimer
  7. Malgré le même bémol concernant le style des lettres, j'ai aimé me plonger dans ce roman qui m'a donné envie de découvrir Guernesey

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends, cette île doit être magnifique vu les photos que j'ai pu voir

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés